Histoire des Boily

boilyGuillaume Boily est né à Saint Jouin le 12 janvier 1682 dans une famille de neuf enfants. En 1724, les récoltes étaient mauvaises, la famine menaçait : cédant aux propositions alléchantes d’un recruteur du Roi, le forgeron Guillaume Boily, âgé de 42 ans n’a pas hésité à s’embarquer à la Rochelle à destination de la Nouvelle France (Canada).

plaqueDeux ans plus tard, il s’installe à la Baie Saint-Paul, au Québec, sur la rive Nord du fleuve Saint-Laurent. Il y reprend son métier de forgeron, nanti d’un contrat de travail de trois ans pour le compte du Séminaire de Québec. De son union avec Louise Gagné (1726) naîtra un fils Jean, lui-même à l’origine d’une nombreuse descendance. Guillaume Boily décède en 1764.

Cette stèle située à Baie Saint Paul commémore l’arrivé de Guillaume Boily et le début de sa lignée

Deux siècles plus tard, les descendants de la famille Boily, intéressés par leur histoire et désireux de retrouver leurs racines poitevines, s’adressent au maire de Saint Jouin, M. Froget et au curé de la paroisse, le père Brousseau. Au cours des années, une longue amitié s’est tissée entre la famille Boily et les habitants de Saint-Jouin-de-Marnes.
En 1977, les Canadiens décident d’offrir une cloche pour l’abbatiale où fut baptisé leur ancêtre. Cet événement important fait l’objet d’un chapitre de notre page chronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.